parallax background

30 ans des Écrans : 2009-2021, entre Darcy et Olympia

Soirée spéciale en ligne : Hommage à VDH
29 juin 2021
Elisabeth Revol présidente du jury du film 2021
1 juillet 2021
En 2021, les Écrans de l'aventure célèbrent leur 30 ans à Dijon. Retour en trois temps sur une histoire lancé en 1992. Aujourd'hui, Cléo Poussier-Cottel – incontournable directrice adjointe du festival – et Louis Meunier – réalisateur et écrivain – racontent leurs Écrans. Une trilogie conclue par les mots de Christine Martin, adjointe au maire de Dijon, déléguée à la culture, à l'animation et aux festivals.
L'un porte le nom d'un illustre ingénieur dijonnais, l'autre est un ancien théâtre. Peut-être était-il écrit que les cinémas (Henry) Darcy et Olympia (fondé en 1919) accueilleraient un jour des histoires impliquant corps et esprit. Des histoires qui associant une projection physique et une intelligence pugnace pour émerger. Des histoires humaines, parfois complexes, parfois simplement brillantes. Des aventures totales, de l'étincelle originale au point final – lorsqu'il y en a un.
Parfois, donc, ces histoires sont racontées à travers des films. Cléo Poussier-Cottel en a vu plus de 4 000 depuis près de 30 ans qu'elle travaille sur le festival. Louis Meunier, lui, a vu trois des siens être primés à Dijon, (7 000 m au-dessus de la guerre, 2012 ; Kabul Cinema, 2015 ; Les cavaliers afghans – sur les traces de Joseph Kessel en Afghanistan, 2017). Et puis il a été membre du jury, aussi. Il fallait donc leur demander : mais quels sont les ingrédients d'un bon film ? Et la recette d'un bon festival ?

Une histoire d'émotions

« Quand je regarde un film, je veux être embarquée, que l'histoire me prenne et tienne ses promesses, démarre Cléo Poussier-Cottel. Pour la sélection, j'essaie de me mettre à la place du public. La qualité des images est importante, mais le premier critère reste : est-ce que je n'ai pas vu le temps passer, ou est-ce que je me suis ennuyée ? » Une vision appuyée par Louis Meunier qui se souvient de la Toison d'or décernée en 2013, lorsqu'il était membre du jury : « Crossing the ice, une super histoire d'amitié entre deux Australiens qui vont au pôle Sud. La qualité n'était pas incroyable, mais ça montre bien que la caméra n'est qu'un moyen technique. Ce qui compte, c'est l'émotion. »

Une émotion, forcément subjective, qui fait l'esprit des festivals. Louis : « le contact avec les spectateurs, le fait de pouvoir palper les réactions sont importants. Parfois tes intentions passent à la trappe, parfois le public remarque des choses que tu n'avais pas vues. Et puis les humeurs, les ambiances sont différentes d'un public à l'autre. Ce regard extérieur est très enrichissant ». Et de citer les enfants, particulièrement présents à Dijon à travers la programmation réservée aux scolaires : « ils posent des questions inattendues, sourit Louis, mais souvent pertinentes ! »

Ouvrir les esprits, voilà un autre critère de sélection pour Cléo : « on cherche une programmation variée, avec des surprises, des choses qui tiennent davantage du coup de cœur. Treeverse (2011), J’ai demandé la lune au rocher (2013), Urban Escape (2014)... Il y a beaucoup de films de ce genre ! Dernièrement, le film suisse Tandems (2019). J'ai adoré son écriture, sa cohérence entre le sujet filmé et la manière de filmer qui laisse une grande part à la voix et sonne comme une musique. Cet ensemble qui met le spectateur à la place d’un malvoyant livre un ballet et une poésie profondément humaine. » Cette année-là le film avait reçu le Prix spécial du jury. Un autre film a retenu autant l'attention du jury que du public : L'extraordinaire tournée du facteur Maignan (prix Jean-Marc Boivin et trophée Peter Bird 2009). « Parce que c'est une aventure humaine, propose Cléo, dans laquelle les gens peuvent se reconnaître. »

Le goût des cerises

Si une sélection en festival, et a fortiori un prix, représente pour Louis Meunier « une cerise sur le gâteau pour toute l'équipe du film, parce qu'on se prend au jeu », là ne réside pas pour autant l'intérêt premier des Écrans de l'aventure. Il y a la rencontre avec le public ; il y a aussi les échanges avec ses pairs : « rencontrer quelqu'un qui a marché sur la banquise ou qui a traversé l'océan à la rame te montre que tu n'es pas tout seul. C'est inspirant d'être dans un chaudron en ébullition, grisant de voir ces gens qui vont au-delà de l'horizon. Tu repars avec plein d'idées et d'envie ».

Du côté de Cléo, on convoque l'artisanat pour évoquer « une belle matière à travailler. Aller à la recherche de belles histoires, côtoyer des gens passionnés est une grande chance. Chaque personne a son univers, et souvent elle est à fond dedans. Il faut cette passion pour faire des films. C'est tellement compliqué ! » Un engagement qui vaut aussi pour monter un festival, une passion nourrie, chez Cléo, de lectures : « quand tu rencontres des personnes comme Sir Edmund Hillary, Thor Heyerdahl, Claudie Haigneré, Yuichiro Miura... C'est un grand privilège ! » Voilà sa cerise : « y être et passer trois jours en immersion. Il faut en profiter, parce que ça file très vite ! C'est très fort, mais aussi très éphémère ».

L'aventure et l'air du temps

Ephémère aventure... et changeante ? Depuis son poste d'observation privilégié, Cléo note d'abord que « l'envie d'aller voir de l'autre côté de la colline est toujours là, ça reste ». Mais elle remarque également que la société fait évoluer l'aventure : « dans les années 80, on était peut-être plus dans le spectaculaire. Aujourd'hui, il y a une véritable attention à l'environnement. On sait que les pôles sont en danger, donc il y a énormément de projets sur les glaces. A contrario, la situation géopolitique fait qu'il est compliqué d'aller dans les déserts actuellement. Des zones s'ouvrent, d'autres se referment ». Reste à la programmation de refléter la diversité des enjeux de l'époque. De mettre en avant le Solar Impulse de Bertrand Piccard et le Low-tech Lab de Corentin de Chatelperron, par exemple. Deux invités présents aux Écrans de l'aventure 2021.

Quant à Louis Meunier, s'il vit aujourd'hui en Jordanie, sa première terre d'adoption reste l'Afghanistan. Malgré une actualité incertaine, il s'apprête à y retourner pour un nouveau film. Alors des souvenirs de ses cavalcades afghanes se bousculeront peut-être dans son esprit. Et avec elles la mémoire du premier prix reçu pour son livre, Les cavaliers afghans (édition Kero) : la Toison d'or du livre d'aventure remise par Jean-Louis Gouraud. « Un personnage avec qui je communique encore régulièrement » se réjouit Louis. Ainsi donc, tout n'est pas éphémère aux Écrans de l'aventure.
Présente aux côtés des équipes du festival depuis 13 ans, Christine Martin, adjointe au maire de Dijon, déléguée à la culture, à l'animation et aux festivals, a tenu à adresser quelques mots à l'endroit d'un festival qui tient une place importante dans la capitale bourguignonne :

« J’ai rencontré les équipes du festival en 2008 et aujourd’hui je suis particulièrement heureuse de célébrer les 30 ans de ce festival qui a vu croitre sans cesse le public des passionnés qui y participent.
Les Écrans de l’Aventure c’est un moment de partage chaleureux, des histoires qui vous marquent, une effervescence. C’est le rêve d’enfant qui vient croiser la réalité de celles et ceux qui ont osé. C’est aussi cette question qui me taraude à chaque fois "et si moi aussi… ?"
Chacun y trouve son compte, à la rencontre de marcheuses, nous nous imaginons partir, à la rencontre d’une navigatrice nous voulons être sur la mer. Nous rêvons que nos voyages immobiles deviennent réalité, nous sommes transportés par la beauté et la poésie du monde, nous y découvrons et y aimons l’humanité dans sa diversité. Nous nous laissons porter et emporter.
Un grand merci à vous toutes et tous pour cette invitation au voyage et à la découverte ! Et vive les Écrans de l’aventure à Dijon pour de nombreuses années encore.
»
Propos recueillis par Eric Carpentier
Retrouvez aussi nos articles :

1992-1999, le temps des Feuillants

et

2000-2008, du Palais des Congrès à l’Auditorium



N’hésitez pas à partager avec nous vos meilleurs souvenirs du festival au bas de la page : Livre d’Or
Français