parallax background

Livres de la compétition 2021

Jean-Luc Coatalem président du jury de la Toison d’or du livre d’aventure 2021
19 juillet 2021
Les jurys du livre 2021
28 juillet 2021

Six livres

sélectionnés pour concourir à la Toison d'Or du livre d'aventure 2021.

L’année des deux dames



de Catherine Faye et Marine Sanclemente
Éd. : Paulsen
Collection : Démarches
Parution : 17 septembre 2020

Deux journalistes se lancent sur les traces de deux exploratrices atypiques et avant-gardistes, parties seules dans le désert du Sahara près d’un siècle plus tôt à la rencontre du peuple mauritanien. L’une, styliste pour Jeanne Lanvin puis reporter, fut candidate à une expédition Charcot au Groenland. L’autre fut tour à tour modéliste, journaliste et dessinatrice. Elles étaient audacieuses et avant-gardistes. En décembre 1933, pour fuir une société patriarcale, Odette du Puigaudeau et Marion Sénones embarquèrent sur un langoustier breton en partance pour la Mauritanie. Leur but ? Traverser le désert à dos de chameau, sans mission officielle ni subvention. L’image est tellement insolite que les Maures appelleront l’année de leurs premiers pas sur ces terres, « l’Année des deux dames ». Près d’un siècle plus tard, Catherine Faye et Marine Sanclemente marchent dans le sillage des deux aventurières pour raconter leur vie en marge, leur culot, leurs contradictions, explorer elles aussi ce pays, trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, où perdure une culture nomade millénaire. Dans des conditions souvent ardues, au fil de rencontres étonnantes, leur voyage est empreint de l’esprit téméraire des deux exploratrices.

Catherine Faye est journaliste indépendante et auteure. Elle a passé son enfance à l’étranger, notamment en Argentine et en Égypte. Guidée par les parcours atypiques, elle a publié en 2018 son premier roman, L’Attrape-souci (Éditions Fayard/Mazarine).
Marine Sanclemente est journaliste au Figaro. Elle est portée par la découverte de territoires méconnus et de populations en marge.
Trente ans les séparent. La littérature, les voyages, les histoires individuelles et collectives, les relient.

Éditions : Paulsen

L’appel du volcan



de Claude Marthaler
Éd. : Salamandre
Collection : Marcher avec
Parution : 14 avril 2021

Écrivain aventurier, Claude Marthaler côtoie toutes les latitudes à la force des jambes, d’un tour du monde de sept ans à vélo jusqu’à l’ascension à pied du plus haut volcan de la planète. Avec sa plume affirmée, il nous partage son feu intérieur qui l’amène à se remettre toujours en selle. Au fil des chapitres, il dévoile les ressorts intimes et secrets qui l’ont poussé sur les chemins de cette errance choisie, notamment un accident de parapente l’ayant contraint à repartir d’une page blanche pour réécrire sa vie. Des milliers de mètres de dénivelé et des bivouacs aux confins du monde lui ont permis, en se perdant, de se trouver soi-même et de donner un sens à la vie – à sa vie. Apprendre à accepter l’incertitude est la plus belle leçon délivrée par ce parcours composé d’itinéraires, de paysages et de rencontres aussi improbables que magnifiques.

Claude Marthaler est l’auteur d’une dizaine de livres dont Voyages sellestes (Éditions Glénat, 2020), Zen ou l’art de pédaler (Éditions Olizane, 2017), L’Insoutenable légèreté de la bicyclette (Éditions Olizane, 2012), ou encore À tire-d’elles. Femmes, vélo et liberté (Éditions Slatkine, 2016). Outre un tour du monde de sept ans à vélo, il a aussi relié le cap Nord à Istanbul, l’Afrique à l’Asie, sillonné l’Asie centrale, les montagnes Rocheuses, les Andes, le Maroc, Cuba et parcouru plusieurs fois l’Himalaya, tentant l’ascension d’un de ses plus hauts sommets, le Cho-Oyu.

Éditions : Salamandre

Le chemin des estives



de Charles Wright
Éd. : Flammarion
Parution : 27 janvier 2021

« Partout, il y avait trop de bruit, trop de discours. Un jour, j’en ai eu marre de cette frénésie et je suis parti. Certains vont chercher le bonheur en Alaska ou en Sibérie, moi je suis un aventurier de la France cantonale : je lorgne du côté d’Aubusson, du puy Mary et du plateau de Millevaches… »
Sans le moindre sou en poche, misant sur la générosité des gens, un jeune aspirant jésuite s’échappe de la ville et de la modernité avec le désir de renouer avec l’élémentaire. Il s’offre une virée buissonnière à travers les déserts du Massif central. Une petite promenade de sept cents kilomètres à pied. Le chemin des estives, récit de ce voyage, est une ode à la désertion, à la liberté, à l’aventure spirituelle. On y croise les figures de Rimbaud, de Charles de Foucauld, mais aussi des gens de caractère, des volcans, des vaches. Au fil des pages, une certitude se dessine : le bonheur est à portée de main, il suffit de faire confiance et d’ouvrir les yeux.

Historien de formation, Charles Wright a été plume d’un ministre, éditeur, journaliste, avant de devenir novice dans un monastère cistercien. Écrivain et journaliste, il a notamment publié À quoi servent les moines ? (Éditions François Bourin, 2011) et Casanova ou l’essence des Lumières (Éditions Bernard Giovanangeli, 2008, Prix Guizot de l’Académie française), ainsi que Le chemin du cœur (Éditions Salvator, 2017), la première grande biographie de dom André Louf, un maître spirituel éminent du XXe siècle.

Éditions : Flammarion

Le Continent blanc

51 jours seul en Antarctique

de Matthieu Tordeur
Éd. : Robert Laffont
Parution : 5 novembre 2020

« Je contemple l’immensité devant moi et suis saisi par cette pensée : je vais être seul au milieu de ce gigantesque désert pendant les sept prochaines semaines. C’est vertigineux. Ça me prend aux tripes. »
Le 24 novembre 2018, Matthieu Tordeur entame un voyage de cinquante et un jours en Antarctique. Hostile, inhabité, le continent blanc se livrera à lui au prix d’efforts inestimables, accomplis dans la plus grande solitude. Dans ce récit, l’aventurier raconte ses moments d’angoisse et de doute, mais aussi d’étonnement et de grâce. Jusqu’à nous dévoiler quel fut son véritable chemin : du pôle Sud au « pôle intérieur », ou comment, pour survivre, il est devenu « polaire ».

Matthieu Tordeur est conférencier, auteur et réalisateur. En 2019, il devient le plus jeune explorateur au monde et le premier Français à rallier le pôle Sud à ski, en solitaire et sans ravitaillement. Ses aventures et expéditions l’ont mené dans plus de 90 pays : traversée du Groenland en ski-kite, traversée du Sahara du Caire à Khartoum à vélo électrique, Karakoram Highway à vélo, Marathon des Sables, descente de la Seine en kayak, Marathon de Pyongyang en Corée du Nord, Transcontinental Race, tour du monde en 4L pour promouvoir la microfinance.

Éditions : Robert Laffont

Loin de la terre surgit le monde

Face à l’océan comme à soi-même

de Fabrice Amedeo
Éd. : Plon 
Coll. : Récit
Parution : 15 octobre 2020

À la veille de larguer les amarres pour un deuxième Vendée Globe, le tour du monde en solitaire et sans escale – un Everest pour un marin –, Fabrice Amedeo nous livre un témoignage littéraire fort sur cette connexion au monde que permet le voyage sur les océans, loin de la terre et des contrées habitées. Le large offre en effet cette possibilité de retrouver le rythme du cosmos, d’expérimenter un nouveau rapport au temps, une autre manière de raisonner et surtout la faculté de faire dialoguer le monde intérieur avec le monde extérieur, que nous cachent trop souvent nos sociétés contemporaines. L’expérience esthétique et l’aventure permettent également une réflexion personnelle et originale sur la solitude, la liberté, le rapport retrouvé à l’Être.
Loin d’un récit de course, ce livre aurait pu être écrit dans un désert ou en haute montagne. Il tente de partager l’indicible des expériences de l’homme seul face à lui-même, face à ses défis et face à la nature.

Navigateur et journaliste, Fabrice Amedeo a traversé quinze fois l’Atlantique et a terminé un tour du monde en solitaire, le Vendée Globe. Diplômé de philosophie et de Sciences-Po, il a toujours cultivé un goût pour l’écriture et le partage de ses aventures au large. Il a été journaliste au Figaro de 2003 à 2015. Il signe ici son neuvième livre. Parmi ses autres ouvrages, plusieurs sont consacrés à la course au large. Il a aussi publié un livre d’enquête sur Air France, une série d’entretiens avec Jacqueline de Romilly et un essai sur l’identité européenne.

Édition : Arthaud

Par la force des arbres



d'Édouard Cortès
Éd. : Équateurs 
Parution : 21 octobre 2020

Après un coup de tonnerre du destin, Édouard Cortès choisit de se réfugier au sommet d’un chêne, de prendre de la hauteur sur sa vie et notre époque effrénée. À presque 40 ans, il embrasse femme et enfants, supprime ses comptes sur les réseaux sociaux et s’enfonce dans une forêt du Périgord pour un voyage immobile. Là, dans une cabane construite de ses mains, il accomplit son rêve d’enfant : s’enforester, rompre avec ses chaînes, se transformer avec le chêne, boire à la sève des rameaux. Ce printemps en altitude et dans le silence des bois lui offre une lecture de la nature qui ne se trouve dans aucun guide ou encyclopédie. Le chêne si calme abrite un cabinet de curiosités et accorde pendant trois mois à l’homme perché une rêverie sous les houppiers et les étoiles. Il faut savoir parfois contempler une colonie de fourmis savourant le miellat, écouter un geai ou un couple de mésanges bleues, observer à la loupe des champignons et des lichens pour comprendre le tragique et la poésie de notre humanité. Afin de renouer avec l’enchantement et la clarté, l’homme-arbre doit couper certaines branches, s’alléger et se laisser traverser par la vie sauvage avec le stoïcisme du chêne.

Écrivain et voyageur, Édouard Cortès a mené plusieurs expéditions dont la traversée du Caucase à pied, un voyage sur les routes de la Soie en Afghanistan ou encore un périple en 2CV de la France au Vietnam. En 1999, il a relié Rocamadour à Compostelle. En 2007, il a effectué avec sa femme, en guise de voyage de noces, le pèlerinage de Jérusalem : 5000 km au départ de Paris. En 2012, il a cheminé en famille, avec une carriole et un âne, du Puy-en-Velay jusqu’à Rome.
Il est l’auteur de plusieurs récits dont Paris – Saigon (Éditions Presses de la Renaissance, 2005), Ararat. Sur la piste de l’arche de Noé (Éditions Presses de la Renaissance, 2007), Un chemin de promesses (Éditions XO, 2008), En chemin vers Rome (Éditions XO, 2013).

Éditions : Équateurs
Français