La persévérance permet de résister à la tentation de l’abandon

8 ├Day: 13┤ 2022
Elsa Peny Etienne et Jean-Louis Etienne seront les invités d’honneur de l’ouverture de la 31e édition des Écrans de l’aventure, le 13 octobre à Dijon. À deux mois de l’évènement, ils partagent les dernières actualités du projet Polar Pod et les ressorts de leur fonctionnement en duo.

Le futur navire avitailleur de la plateforme Polar Pod s’appellera Persévérance. Persévérer, c’est un mot qui vous est cher ?

Jean-Louis Etienne – C’est un symbole de l’engagement. Cela fait 40 ans que je fais des expéditions et je me rends compte que ce qui les a menées à leur terme, c’est la persévérance. Quand on a une idée forte, il faut y consacrer du temps du travail. On peut avoir des faiblesses, on n’est pas inoxydables, mais la persévérance permet de résister à la tentation de l’abandon. C’est la seule façon d’arriver au bout de ses projets.

Elsa Peny Etienne – On aurait pu appeler le bateau Opiniâtreté, mais c’était plus joli, Persévérance !

Y a-t-il une référence à l’Endurance, le bateau mythique de Sir Ernest Shackleton dont l’épave a été retrouvée en 2022 ?

JLE – Non, l’Endurance a coulé ! (rires) Mais voilà un exemple de persévérance. Shackleton a tenté trois fois le pôle Sud, il n’a jamais réussi, mais il a toujours ramené ses hommes, il s’est sorti de tous les pièges grâce à de la persévérance et beaucoup d’audace. Endurance, persévérance : les deux se combinent pour faire aller au bout de l’accomplissement. Il y a une filiation d’esprit.

A quel stade d’avancement est le chantier de Persévérance ?

EPE – L’assemblage des modules est terminé, la quille est posée et les moteurs arrivent. Ça avance malgré les pénuries de matériaux et les problèmes de transport. Le bateau devrait être livré en mars 2023. D’ailleurs, juste avant de venir aux Écrans de l’aventure (du 13 au 16 octobre, ndlr), je vais aller voir et suivre les aménagements intérieurs du bateau au Vietnam.

Avant de devenir le navire avitailleur de Polar Pod, Persévérance va avoir une première vie…

EPE – Oui, il va proposer des expéditions touristiques. Cela permet de partager notre travail tout en finançant une partie des programmes. Mais c’est un défi dans les aménagements : c’est un bateau de travail, qui va aussi accueillir du public. Et c’est très compliqué de faire quelque chose de bien agencé dans un espace restreint qui n’est pas fait pour ça.

JLE – On a eu pendant près de 10 ans Antarctica (goélette construite en 1989 à l’initiative de Jean-Louis Etienne, désormais connue en tant que Tara, ndlr) pour des programmes scientifiques. On avait des partenaires, mais c’est toujours fragile quand on dépend totalement des sponsors. Donc on a tenu à ce qu’en plus de sa dimension scientifique, Persévérance ait une capacite économique. Il va être équipé pour le rentabiliser avec des croisières de qualité. Mais alors, dès que vous mettez des passagers à bord, vous soulevez des dossiers géants de contraintes administratives et réglementaires…

Ces contraintes, les aurez-vous sur Polar Pod ?

EPE – Non mais il y en a d’autres ! Pour Polar Pod le suivi est fait par l’État, via l’Ifremer.

JLE – Polar Pod, c’est un partenariat public-privé : l’État investi dans la construction, avec l’Ifremer qui tient la ligne, et il nous revient l’exploitation, c’est-à-dire le financement et l’organisation de l’expédition elle-même.

Quelle est l’étincelle qui pousse à se lancer dans un projet de cette envergure ?

JLE – Au départ, il y a une attente de la communauté scientifique. L’océan Austral est mal étudié : il est difficile d’accès, les expéditions sont coûteuses, et celles qui sont lancées se font l’été. Les publications scientifiques ont toujours la même conclusion : « on a besoin de mesurer in situ sur une longue durée ». L’équation était donc de construire un vaisseau pour séjourner sur l’océan, au milieu des tempêtes, dans des bonnes conditions de sécurité et de confort. On a travaillé sur l’idée simple d’un flotteur vertical qui aurait 80 mètres de tirant d’eau et serait pris dans les eaux profondes, stable car indépendant de l’agitation de surface. C’est cette stabilité verticale qui permet d’envisager de séjourner dans les cinquantièmes hurlants. Et comme il est entrainé par le courant circumpolaire, il est autonome. Polar Pod est une plateforme d’acquisition de données sur le climat, la biodiversité, l’impact anthropique et l’océanographie spatiale.

Ce Polar Pod, c’est une suite logique de vos premières expéditions et la conquête du pôle Nord en solitaire, en 1986 ?

JLE – La première expédition que j’ai montée, en 1979, j’y étais comme un alpiniste va tenter une ascension ; ensuite le pôle Nord a été mon Everest, mon cap Horn après toutes celles que j’avais accompagnées comme médecin. Moi, j’aime la construction autour de zones difficiles d’accès : le ballon rozière (Generali Arctic Observer, première traversée de l’océan Arctique en ballon, 2010, ndlr), le dirigeable (Total Pole Airship, détruit quelques mois avant l’expédition prévue, 2008, ndlr), la capsule Mission Banquise (trois mois de dérive arctique, 2002, ndlr), Antarctica, etc. Je suis un bâtisseur. Il y a un comité scientifique, et avec Elsa on fait la médiation : pour aller chercher les partenaires d’abord, puis à travers des projets pédagogiques. Ça, c’est quelque chose qui nous anime depuis toujours : la transmission.

Vous travaillez en binôme depuis toutes ces années. Comment fonctionnez-vous ensemble ?

EPE – Je n’avais jamais trop souhaité apparaître, même si cela fait 25 ans que je monte les expés avec Jean-Louis. Mais on sent qu’il y a une demande des partenaires, de mon équipe aussi, composée de beaucoup de femmes. Il y a une demande de voir ce qu’il se passe « derrière ». Donc je me fais violence ! (rires)

JLE – Moi je joue le violon et puis une fois qu’il y a un partenariat à construire, des attentes à harmoniser en fonction de l’investissement, c’est le métier d’Elsa.

EPE – Quand on est en réunion, les gens écoute Jean-Louis, ils sont très heureux de sa poésie, de sa vision, mais à un moment ils s’inquiètent ! (rires) Et là je suis plus concrète, j’ai les mains dans le cambouis, ils comprennent qu’on va parler le même langage.

JLE – Elsa a cette double culture, elle a fait les Beaux-Arts à Normale Sup’, elle a la créativité et la structuration, donc elle sait faire ce grand écart. Car il faut aussi inventer la communication sur ce projet. Quand vous faites une course ou un record, c’est le chrono ou la réalisation qui font parler ; mais sur un projet comme ça, il faut inventer des passerelles entre ce qu’il se passe sur le terrain et le public, pour transmettre l’information d’une manière attractive.

EPE – On est en train d’essayer de répartir les rôles, mais honnêtement on se consulte vraiment sur tous les sujets. Il y a une magie qui fonctionne très bien quand on est tous les deux.

Depuis tout ce temps, y a-t-il un moment qui résonne plus particulièrement ?

JLE – L’expédition qu’on a faite à Clipperton (en 2005, ndlr), dans laquelle on est partis en famille. Notre fils avait 9 mois, il a appris à marcher sur Clipperton. C’était une vraie aventure, sur une île déserte avec des enfants si petits, à trois jours de mer de la côte. Il y avait cette réciprocité de confiance qui nous a permis une collaboration jusqu’à la famille complète. Voilà un exemple.

Vous avez également participé aux Écrans…

JLE – Je me souviens très bien avoir fait une conférence pour les 10 ans du pôle Nord en solitaire, en 1996 donc.

EPE – Il me semble que tu y étais aussi l’année où j’étais enceinte d’Eliot. J’avais failli accoucher, donc tu as fait ton intervention et tu es reparti immédiatement dans la nuit !

JLE – C’est ça, en 2001 ! Finalement Eliot est né en novembre.

John Anderson (Danemark), Bertrand Piccard (Suisse), Mike Horn (Suisse), Hubert de Chevigny (France), Borge Ousland (Norvège), Jean-Louis Etienne (France) et Patrice Franceschi (France) aux Écrans de l’aventure 2001.

Propos recueillis par Eric Carpentier